Oxford Union

Oxford Union :
 
 
“Je suis une fille normale, et j’ai fréquenté une école normale” a commencé Emma Watson.

Devant certains des plus intelligents étudiants du Royaume-Uni, le discours de Watson à Oxford Union se concentre sur sa carrière d’actrice et commence au début: elle est “une fille de 16 ans à qui il est arrivé quelque chose de spécial”. Emma dit que son seul rêve de petite fille était d’être actrice et quelle meilleure opportunité que d’être dans un des plus gros film de tous les temps? Elle a continué sur le récit souvent raconté de son audition : comment par un repas du jeudi, l’équipe de sélection du film est venu dans son école et a demandé une sélection d’environ quinze jeune fille pour auditionner pour le rôle d’Hermione. « Je n’ai jamais voulu autant quelque chose de toute ma vie » dit-elle, et elle a attendu le verdict pendant « des mois interminables ». Quand elle a reçu la nouvelle, elle a « juste pleuré » de joie.


Emma dit qu’être une actrice est une question de confiance. Contrairement à son personnage, Emma a mis trois ans pour mettre de côté sa vanité et devenir Hermione, dit-elle. Au départ consciente qu’elle pouvait être la cible de plaisanteries pour les vêtements en laine qu’Hermione doit porter, elle a finalement appris à laisser tout venir naturellement et entrer dans son rôle. Emma aime apprendre et a affirmé cela à plusieurs reprises durant la soirée.

Elle identifie les différents réalisateurs par rapport à ce qu’ils lui ont appris.
“Alfonso Cuaron m’a appris sur la beauté”, Mike Newell lui a appris que “jouer juste n’était pas suffisant” et David Yates “m’a appris à trouver la vérité”. Après cinq films et tant de grands réalisateurs et d’acteurs pour l’inspirer, elle a finalement obtenu de quoi s’accrocher, dit-elle.

Elle a ensuite parlé des aspects ingrats du métier d’acteur, les éléments techniques si rarement vu sur le produit final.

“Je trouve les écrans bleus vraiment difficiles,” peut-être parce que c’était “déprimant d’être entouré par du bleu tout le temps”, dit-elle.

Elle trouve les décors plus excitants: des centaines de bonbons de sortes différentes étaient alignés sur les étagères chez Honeydukes et ils étaient tous mangeables. Personne ne sait combien de baguettes Ollivander garde, mais dans le film il y a 17000 baguettes différentes et un total de 11000 livres a été fait par l’équipe sur le plateau pour différents buts.Le public rit et applaudit, et Watson est escortée vers la sortie."

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site